UN ZESTE DE CITRON (acide)
Drame absurde en 3 actes
 

Liste des personnages :

Alice émerveillée : Ancienne khâmarade du Chat, du Lièvre, du Loir et du Lapin ; charmante puisque charmée ; discrète.
Chapelier Toqué : Voisin du Lièvre de Mars ; fou ; grand amateur de thé.
Chat de Cheshire : Ancien khâmarade du Lièvre & Cie ; souriant et placide.
Lapin à la moutarde : So cute, but so pressé - voire en retard ; par conséquent, pressant - voire oppressant.
Lièvre de Mars : Voisin du Chapelier Toqué ; fou également ; grand amateur de tarte au citron.
Loir enthéiné : Ancien khâmarade du Lièvre & Cie ; gourmand qui s'assoupit et s'éveille en silence, avec le sourire. 

ACTE I :

[Un salon de thé dans le Marais, aux fauteuils dépareillés et à la tarte au citron abondante. Les personnages ont rendez-vous pour des "retrouvailles" (après un an passé à l'écart les uns des autres), et quelques planifications pour l'année à venir...]

TeaTime1

TeaTime2

TeaTime3

TeaTime4

TeaTime5

TeaTime6

ACTE II :

[Dans la rue de Rivoli, entre le salon de thé et la prochaine station de métro. Tandis que le Chapelier et Alice prennent la tête de la procession (motivés par leurs échanges de souvenirs culinaires), le Chat discute avec le Loir sans perdre le sourire ; en queue de file, cependant, Lièvre et Lapin ont une conversation bien dure à digérer.]

Lapin : Dis, est-ce que ton frère veut vraiment aller à Paris ? Je ne te demande pas s'il y tient - j'imagine bien que oui le pauvre, c'est l'occasion de sortir un peu de sa forêt profonde - mais enfin, entre lapereaux d'une même portée on se connait, tu vois ce que je veux dire, alors : penses-tu qu'il ait réellement des chances d'y arriver ?

Lièvre : Ah ? Euh... Oui. En fait, Paris, ce n'est que son second choix, mais derrière une autre école qu'il n'est pas sûr d'avoir ; pour Paris, en revanche, il a de grandes chances d'y arriver, puisque...

Lapin : Oui - c'est embêtant... Mon frère n'a jamais habité avec un autre garçon, vois-tu, donc j'ai peur qu'il n'ait pas l'habitude et que ça le dérange pour travailler - car l'an prochain, lui, il sera en classe préparatoire, et il aura besoin de calme, d'être protégé, soigné...

Lièvre : Oh ! Mais ça tombe tellement bien : partager son terrier avec trois personnes qui auront fait prépa ! On pourra lui donner des conseils. Nul doute, d'ailleurs, que mon frère appréciera le calme, puisque lui aussi aura du travail, enfin j'imagine.

Lapin : Ecoute, Levreauchounet, tu sais ce qu'on va faire ?

Lièvre (inquiet) : Non ?

Lapin : Si ton frère est reçu, on fait bande à part ; et puis s'il ne l'est pas - c'est à dire s'il est pris dans son autre école, son premier choix, ce que je lui souhaite, tu me connais, à ce pauvre choupinou - tu pourras venir avec nous !

Lièvre : ...Hm.

ACTE III :

[Une rame de RER porte en son sein Lièvre et Chapelier ; le temps qu'elle les conduise à leur destination, le premier fait part au second de ses impressions sur l'après-midi, et le second en profite pour confier au premier sa vision des faits.]

Chapelier : Ma foi, j'ai bien aimé cette rencontre avec Alice : elle est tout à fait charmante, et m'a invité à venir prendre le thé chez elle, lorsque j'aurai à faire dans le quartier qu'elle habite.

Lièvre : Tu m'en vois ravi, tant il est vrai qu'elle est toujours souriante et comme sortie d'un autre monde... A propos de monde :  j'ignore ce que tu en as pensé, mais il avait un peu basculé cet après-midi...

Chapelier : Façon crème renversée ?

Lièvre : Façon monde à l'envers ! Pendant que tu t'entendais à merveille avec une Alice inconnue, je me suis fait bouter hors du terrier commun par celui qui s'était, un an auparavant, déclaré lui-même comme mon futur coloc !

Chapelier : En effet, maintenant que tu le dis, il m'a parfois semblé que Lapinou était un peu sur la brèche aujourd'hui... Rien qu'à la façon dont il m'a harcelé - moi qui ne l'ai pas rencontré plus de trois fois - pour savoir si je serais de la partie de croquet chez la Reine, sous prétexte qu'il avait la haute fonction de distribuer les invitations...

Lièvre : Nous voilà d'accord, et je pense que quels que soient les résultats de mon frère, cette histoire de colocation est désormais affaire classée : ce sera hors de question.

Chapelier : Si je peux me permettre de déclasser un instant le dossier, j'aurais peut-être un ajout à lui faire, de la plus haute importance et qui changera sans doute du tout au tout votre conception de la colocation, cher Lièvre...

Lièvre : Dites toujours.

Chapelier : Ma foi, l'image m'est apparue depuis quelques jours, qu'après les joies du voisinage en garage, nous pourrions nous adonner à celles de la colocation, partageant thé, terrier, gâteaux et blablabla. Naturellement, je n'aurai pas de frère aussi dynamique que celui  de l'ami Lapin à vous proposer, mais il me semble que la compagnie de Jean-David...

Lièvre :... n'aura rien à envier à la leur ! Mon cher, voilà l'affaire définitivement classée, et heureusement conclue : partons ensemble à la recherche d'un appartement.

Chapelier : Patience mon cher ! Vous oubliez une fois de plus que rien ne sert de courir, et qu'il faut partir à point : attendons du moins qu'une station se présente, qui nous semble être un lieu digne d'y fonder notre nouveau foyer. Tenez, voilà par exemple Gentilly qui passe...

TeaTime7

FIN

Si malgré nos efforts vous restez sur la vôtre, une autre histoire de méchant lapin, thanks to the Monty Python !